#28 Philippe Gazeau-Rousseau – Naufrage en solitaire à 1800 km des côtes : son retour d’expérience 😱

#28 Philippe Gazeau-Rousseau – Naufrage en solitaire à 1800 km des côtes : son retour d’expérience 😱

27 juin 2022 0 Par etienne

Nous embarquons aujourd’hui avec Philippe Gazeau qui nous raconte son naufrage sur le Nacouda à 1800 km de côtes américaines. C’est passionnant 😮

Le Dufour 4800 Nacouda en haut à gauche!
En quelques minutes, la situation était claire pour Philippe 🧐

Il nous raconte :

  • Ses navigations
  • Le choc avec un OFNI
  • L’eau qui monte très rapidement
  • L’embarquement dans la survie et son bateau qui coule
  • Le contact avec les secours
  • Le retour à terre

Parmi ses conseils :

  • La lecture, encore une fois, permet d’anticiper grâce aux récits
  • Le lecture est source d’enseignement, elle permet d’acquerir une certaine expérience qui peut être utile dans des situations compliquées
  • Attention au couteau à bout pointu pour couper la ligne qui tient la survie (il ne faudrait pas la percer 😅), il y a normalement un couteau à bout rond dans cette dernière
  • Grand moment de solitude : la survie met 3s avant de se gonfler … une éternité !
  • Penser à économiser la balise au bout de 24h en fonction de ses caractéristiques
  • Ne pas s’inquiéter si elle coule en partie 🤗 mais ne pas oublier de l’accrocher
  • Ne pas oublier sa brassière lors d’une évacuation
  • Prévoir un bidon vide bien au sec en cas d’évacuation du bateau pour toutes les petites choses à rassembler, il peut également servir de bouée

Il l’a dit 😊 :

« Je trouve incroyable la capacité du cerveau à stocker des choses importantes »

« Mon premier bouquin de voile a été un bouquin de cuisine »

« Mais le naufrage, ça fait partie des risques pour un navigateur. Comme l’accident pour un automobiliste. Avant de partir, j’avais bien veillé à avoir tout le matériel de sécurité nécessaire: de la balise de détresse au radeau de survie. Je n’aime pas l’amateurisme. Si on a le matériel de survie nécessaire, on a de bonnes chances de s’en sortir. » Ouest France

Vous pouvez écouter l’épisode ici :

Disclaimer : les propos sur le téléphone satellite n’engage que Philippe. Au-delà de ne pas être dérangé et d’utiliser le téléphone à tord lors d’un sauvetage, je pense qu’il peut également être très précieux en cas de problème de santé à bord pour discuter avec le Centre de Consultation Médicale Maritime (CCMM) ou encore pour télécharger des fichiers météo.

La survie à son emplacement initial
Le radeau de survie enfin ramené à l’arrière du bateau.
Quelques minutes avant de disparaître… seuls les souvenirs resteront 😌
La survie vue du bateau
Enfin en sécurité sur le Sebring Express 🙏
La balise de Nacouda
Une équipe professionnelle et très accueillante 🥰

PS : Pensez à m’aider en mettant 5 (ou cinq ou encore ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️) étoiles sur Spotify et Apple podcast et à parler de se podcast autour de vous 😬